Référence française dans le monde du saké.
 

Sylvain Huet se passionne depuis de nombreuses années pour la culture japonaise dans son ensemble : aïkido, cérémonie du thé, calligraphie et bien sûr saké, autant de domaines qui enrichissent son expertise.

400x467
150x180
Après des études scientifiques et technologiques, une carrière de danseur contemporain pendant 10 ans, puis de consultant en stratégie marketing, il se réveille un matin d’octobre 2012 à Kyoto : Saké Samouraï.

Son but actuel : faire partager ses connaissances sur le sujet et sa passion.

Dès son premier voyage au Japon en 1998, le saké est une révélation, il n’a d’autres choix à l’époque pour assouvir sa curiosité que de passer par des formations professionnelles.

Apprenant auprès des plus grands spécialistes du Japon, il complète son apprentissage par des expériences concrètes et répétées chez différents producteurs lors des longs mois de production en hiver.

Sollicité par le gouvernement japonais pour la rédaction d’un document de référence en français sur le saké destiné aux professionnels, Il est maintenant la référence française pour animer de nombreux ateliers ou conférences car il est devenu incontournable dans ce monde du saké.

En 2012, c’est la consécration. Sylvain est le premier français à devenir Saké Samouraï, lors d’une cérémonie officielle à Kyoto, en reconnaissance de son engagement, de son travail et de sa passion. Il n’a de cesse d’aller à la rencontre des producteurs de saké dans tout le Japon et peut se targuer aujourd’hui d’être le seul français à en avoir visité à ce jour plusieurs centaines.

Fort de faire découvrir cette boisson exceptionnelle et méconnue aux français, il décide avec quelques amis de créer un événement fédérateur regroupant tous les acteurs du marché en créant en 2013 le Salon du Saké qui prend vite une dimension européenne.

L’objectif : former le grand public sur cette boisson et transmettre une image fidèle de cette boisson traditionnelle millénaire comme :
 

150x180

Le saké est un alcool fort. FAUX !
 

Le véritable saké japonais peut titrer de 5 à 19 degrés d’alcool mais c’est plutôt entre 14° et 16° que se situe la majorité des produits. Il n’a aucun rapport avec ces alcools, malheureusement offerts comme digestif dans de nombreux restaurants asiatiques.

Le saké ne s’accorde qu’avec les mets japonais. FAUX !
 

Tous les sakés du Japon se sont historiquement développés autour des cuisines régionales. Il se marie donc naturellement avec les produits de la mer et autres terroirs nippons.
Cependant, son caractère moins démonstratif que le vin, met aussi particulièrement en valeur de nombreux aspects de nos cuisines occidentales. Caviar, fromages, fruits et légumes, jambons, volailles, desserts… des recettes sophistiquées aux produits les plus simples, le saké se révèle comme un véritable exhausteur de goût.

Alors prêt(e)s pour découvrir un monde de traditions ?…..

A consommer avec modération

Source : Salon du Saké